Saisir l’importance des bons conseils financiers

Les conseils sont souvent « transactionnels »
Les événements marquants devraient inciter les Canadiens à obtenir des conseils financiers, à se préparer financièrement et à prendre des décisions touchant leurs finances personnelles. Toutefois, très peu de Canadiens pensent à demander des conseils quand survient un événement marquant dans leur vie, même s’ils reçoivent un héritage ou s’ils approchent de la retraite. Nous constatons en effet que bon nombre de Canadiens se soucient plus souvent du court terme, ce qui se reflète dans leurs décisions de placement. Qu’est-ce qui inciterait les Canadiens à commencer à faire des placements? Le plus souvent, c’est un surplus d’argent.
  • Les événements marquants incitent rarement les Canadiens à obtenir des conseils financiers…

    Nous pourrions nous attendre à ce qu’un événement marquant dans la vie d’une personne l’incite à faire appel à un conseil financier professionnel. Toutefois, lorsqu’on nous leur avons posé des questions sur des événements marquants, comme leur départ à la retraite ou la possibilité qu’ils reçoivent un héritage, seul un petit nombre de Canadiens ont indiqué qu’ils tenteraient probablement d’obtenir des conseils. Ceci s’explique peut-être en partie par le fait qu’environ la moitié (51 %) des Canadiens affirment se préoccuper davantage de leurs objectifs à court terme que de leurs objectifs à plus long terme (10 ans ou plus).

    • 14 %
    • 18 %
    • 17 %
    • 8 %
    • 7 %
    • 8 %
    • 16 %
    • 30 %
  • …et les incitent rarement à commencer à faire des placements

    Qu’est-ce qui incite les Canadiens à commencer à faire des placements? Certainement pas les changements importants qui surviennent dans leur situation personnelle. Outre les 32 % de Canadiens qui event that would be a catalyst to invest. affirment qu’ils pourraient commencer à faire des placements s’ils recevaient un héritage, rares sont ceux qui ont pu nommer une raison qui les inciterait à passer à l’action.

    • 12 %
    • 12 %
    • 10 %
    • 3 %
    • 16 %
    • 10 %
    • 12 %
    • 32 %
  • Manque de confiance

    Les Canadiens qui se considèrent comme de simples « épargnants » affirment qu’ils songeraient à investir dans des valeurs mobilières (des actions, des obligations, des fonds communs de placement, etc.) s’ils avaient de l’argent « en trop » (56 %), s’ils pouvaient commencer avec une très petite somme (35 %) ou s’ils pouvaient compter sur un conseiller de confiance (26 %).

    • 56 %
    • 26 %
    • 19 %
    • 35 %

Le poids des conseils transactionnels

Quelque 38 % des Canadiens affirment faire appel à des conseillers professionnels, tandis que 41 % des Canadiens n’ont jamais eu recours à un conseiller. Toutefois, quand on y regarde de plus près, les gens qui font appel à un conseiller le font souvent pour des besoins précis et immédiats, plutôt que pour avoir de l’aide au sujet de besoins à plus long terme. L’attitude des gens face aux placements explique peut-être cette mentalité « une opération à la fois ». Par exemple, 36 % des Canadiens disent qu’ils ne prennent pas la planification financière au sérieux, tandis que 51 % disent être plus soucieux de leurs objectifs à court terme que de leurs objectifs à plus long terme.

Les six grandes banques et les autres

Les Canadiens, les jeunes et les moins jeunes, utilisent périodiquement des ressources en ligne pour prendre des décisions financières à long terme, mais les succursales des grandes banques canadiennes demeurent l’endroit de prédilection pour ceux qui font appel à un conseiller financier professionnel. En effet, 43 % des Canadiens affirment qu’ils ont recours à un conseiller d’une succursale bancaire, tandis que 19 % font appel à un conseiller d’une société de courtage de plein exercice liée à une grande banque.

Impliquez-vous!

Il est important que les investisseurs à la recherche de conseils professionnels comprennent ce que leur conseiller financier leur propose et qu’ils déterminent si la relation avec le conseiller pourra les aider à s’assurer l’avenir financier auquel ils aspirent.

01.
Ayez une vue d’ensemble

Lorsque vous cherchez à obtenir des conseils, concentrez-vous moins sur vos besoins à court terme; accordez plus d’importance aux objectifs à plus long terme et aux événements marquants de la vie qui pourraient avoir une plus grande incidence sur votre santé financière.

EN SAVOIR PLUS
02.
Renseignez-vous

Vous pouvez obtenir des conseils financiers d’une multitude de façons au Canada. Commencez par interroger les membres de votre famille et vos amis, faites des recherches en ligne, consultez d’autres sources et magasinez pour vous assurer que votre conseiller répond bien à vos besoins et attentes.

EN SAVOIR PLUS
03.
Privilégiez les examens périodiques

Cessez de vous précipiter à la banque chaque année durant la période des REER. Prévoyez le coup, et fixez un rendez-vous avec votre conseiller financier pour passer en revue votre plan financier à long terme de façon plus.

EN SAVOIR PLUS